À l’ère du numérique et surtout avec l’ascension fulgurante des réseaux sociaux, l’investissement dans le crowdfunding immobilier est devenu une tendance qui prend de plus en plus d’ampleur. Le terme « crowdfunding » est un néologisme anglo-saxon qui signifie tout simplement : financement participatif. Les détails sur son fonctionnement !

En quoi consiste ce type d’investissement ?

Le crowdfunding immobilier est un mode d’investissement assez récent. Il n’a été lancé en France qu’en 2011. En effet, pour permettre aux ménages qui n’ont pas un revenu très élevé d’accéder à la propriété immobilière, les promoteurs immobiliers récoltent des fonds auprès des particuliers et des professionnels afin de financer des projets de construction immobilière clés en main. Lors de la vente de ces biens, les personnes (physiques ou morales) qui y ont investi perçoivent une plus-value dont le montant dépend du prix du bien sur le marché. En moyenne, ce type de placement vient en maturité après trois ans. Cette nouvelle forme de financement participatif se fait généralement en ligne pour permettre aux petits et moyens investisseurs, des quatre coins du monde, à exprimer leur solidarité. Les fonds rassemblés permettent de renforcer la trésorerie des plateformes qui gèrent les projets immobiliers concernés. En clair, ces plateformes fonctionnent sur la base d’un holding créé dont le rôle est de détenir des parts dans une structure juridique en charge de la gestion du programme. L’idée est de limiter au maximum les risques de perte, compte tenu de l’évolution future du marché immobilier.

Quels sont les avantages du crowdfunding ?

Outre le gain espéré qui s’avère être très intéressant (un rendement pouvant atteindre un taux de 12 % par an), le crowdfunding immobilier est une autre manière de contribuer à une cause sociale très gratifiante, en ce sens que les projets réalisés sont dans la plupart des cas destinés à bâtir des lots de logements pour les foyers à revenus moyens. En plus, étant donné que les plateformes sont accessibles en ligne, la participation n’est pas précédée d’une procédure complexe. En effet, il suffit de s’inscrire en ligne et de choisir parmi les projets immobiliers proposés. La mise initiale est à la portée de tout investisseur, c’est-à-dire entre 1000 et 5000 euros.

Le crowdfunding immobilier est très rentable. En général, un investisseur peut prétendre percevoir un rendement entre 5 et 12 % sur une durée allant de 1 à 5 ans. Cette nouvelle pratique commence à dominer le secteur du financement participatif. La preuve : un baromètre français a dévoilé que rien qu’en 2016, le crowdfunding immobilier a permis de financer 131 projets pour un montant moyen de 423 000 euros.