Afin de maintenir leurs activités à flot, nombreuses sont les entreprises qui ont recours à des contrats de maintenance informatique. Faits sur mesure, ces derniers offrent une pléthore de services. Au travers de cet article, nous allons découvrir les principaux d’entre eux.

L’audit du parc informatique

Un audit de qualité est le prérequis avant toute intervention de maintenance informatique. Elle permet de réaliser un inventaire complet du parc informatique, aussi bien sur le plan logiciel que matériel. En bénéficiant d’une évaluation minutieuse, vous connaîtrez vos besoins de manière précise.

 Un audit est également destiné à identifier toutes les défaillances du parc informatique en vue de les corriger. Notamment en misant sur du matériel de dernière génération et sur des solutions logicielles plus performantes.

Les interventions sur site et la télésurveillance

Chaque année, les entreprises françaises perdent des millions d’euros à cause des pannes sur leurs infrastructures. Pour que cela ne vous arrive pas, il est donc recommandé de miser sur des solutions de maintenance sur mesure. 

Et justement; les interventions sur site couplé aux prestations de télésurveillance permettent de mieux préserver l’intégrité du parc informatique. Lorsqu’une panne est détectée, le prestataire est averti en temps réel et peut prendre les mesures qui s’imposent rapidement.

La sécurité des infrastructures informatiques

La cybersécurité en France est au cœur des préoccupations des entreprises. Ces dernières sont la cible privilégiée des hackers qui n’hésitent pas à leur soutirer des millions d’euros. Pour se prémunir des attaques informatiques, il est donc souhaitable de renforcer la sécurité de vos infrastructures informatiques.

Du déploiement de solution anti-spam, anti-virus, anti-DDOS, anti-phishing à l’installation d’un firewall, les entreprises privilégient également les connexions sécurisées (SSL) pour leurs plateformes web. 

La signature d'un contrat de maintenance informatique doit vous mettre à l’abri du vol de données, des intrusions sur le réseau, de l’usurpation d’identité (arnaque au « faux président ») et des vulnérabilités des solutions logicielles.